Vshop, La Régie Au Cpc Alternative à Google, Passe En V2

Lancée en décembre 2011, la régie VShop sort très clairement du lot. C’est un comparateur de produits en marque blanche rémunérant au clic. Dans la forêts des régies d’affiliation diverses et variées, on retenait Google AdSense le leader avec son modèle en CPC et Amazon avec un modèle au CPA proposant aux éditeurs un pourcentage sur les ventes. Voici VShop nouvelle version.

VShop la régie au CPC française

Il existe bien entendu d’autres réseaux mais je n’ai jamais pu leur trouver une rentabilité très poussée ni une volonté d’aller dans le sens des (petits et moyens) éditeurs en leur proposant par exemple des outils modernes, des formats riches et surtout une rémunération correcte avec un minimum de visibilité.

Présentation de la régie VShop

VShop, c’est français (cocorico, oui je sais c’est fou un StartUp française originale qui va prendre une grosse  part du marché mais ça arrive), il s’agit du seul comparateur de produits en marque blanche avec ce mode de fonctionnement, faisant l’interface entre de grosses régies d’affiliation internes ou non diffusant un inventaire considérable – un catalogue de plus de 30 millions de produits, dans plus de 100 catégories et comptant plus de 30.000 marchands – tout cela réuni en un seul endroit.

Mais surtout, VShop propose un modèle d’affiliation et de rémunération au CPC : sur un site à petit trafic, vous cessez d’avoir 5000 affichages pour 25 clics et 1 vente tout les 36 du mois, conduisant tous les petits éditeurs à faire de l’affichage et de la notoriété gratuitement, VShop vous paye entre 0.06 € et 0.10 € du clic, tout simplement, avec un paiement via Paypal à partir de 20 € en fin de mois – et non pas des 50, 70 €, par chèque ou virement avec K-Bis et prise de vos empreintes digitales. Et là à part AdSense, je ne vois pas.

Fonctionnement de ce programme d’affiliation au CPC

Parlons maintenant de la logique VShop. La régie est orientée Editeur, elle se met à sa place. Déjà dans la Version 1 du site, l’interface épurée et très claire mettant en avant vos revenus et proposant deux outils très simples de création de Widget ou de boutique en marque blanche avec une personnalisation et surtout un résultat très propre, tout cela était déjà inspiré d’AdSense, Google étant aussi une société avec des gens qui réfléchissent.

Des formats pub de toutes les tailles, une boutique en marque blanche bluffante

Véritable solution de monétisation de leurs sites pour les éditeurs Web, VShop propose principalement des widgets très faciles à paramétrer allant jusqu’à la boutique complète avec menu occupant tout l’espace du ventre de la page. En quelques clics, vous générez un format pub à vos couleurs avec un mot-clé, ou une boutique complète, qui si votre site est lui-même d’un niveau correct, donne l’impression aux visiteurs d’y être parfaitement intégré.

Voici 3 exemples d’intégration VShop

1) Widget Grand Rectangle (336×280) sur le mot-clé « cafetiere », affichage par défaut.

2) Widget contextuel de 630×450 pixels (la largeur de ma colonne), aux couleurs du site, police Georgia et pagination désactivée.

3) Boutique en marque blanche personnalisée (630×1000) sur le mot-clé « cafetiere », aux couleurs du site, affichage en grille et vignettes sans ombrage.

 

Une réelle alternative à Google AdSense

En celà, VShop est souvent présentée comme étant une régie au CPC alternative à Google AdSense. Elle pourra même lui être complémentaire puisqu’AdSense ne propose pas encore de manière systématisée un réel comparateur de produits en affiliation. D’un côté vous avez des formats textes, images (plus ou moins heureuses visuellement) et vidéos ou des animations carrément moches le plus souvent car générées en mode semi-automatique par l’annonceur via les outils d’Adwords. De l’autre vous avez VShop et une équipe qui maîtrise l’ergonomie et le design, proposant des nombreux formats mais dans une charte graphique universelle.

Seul le niveau du CPC évidemment fait défaut, étant parfois très loin des coût par clic encore possibles avec AdSense. De même, il manquait les outils d’analyse et notamment des données cruciales comme le CTR (que l’on peut calculer en croisant les statistiques et les clics, mais c’est laborieux). C’est toujours un manque, mais il semble que VShop V2 soit en chemin vers plus de données analytiques.

Les nouveautés dans VShop Version 2

 

L’intégration est vraiment facile

Avec la V2 elle devient 100% personnalisable, jusqu’à proposer de configurer largeur et hauteur en pixels de votre espace. Pas de compétences technique requises  – et c’est vrai, inutile de connaître HTML/CSS/JS, vous prenez les mesures de votre site et ajoutez la couleur principale + un gris moyen et en gros c’est terminé. Je dois dire que c’est « puissant », VShop est adaptable à n’importe quel site, moche, joli, « responsive » ou non (seule la boutique a encore ses limites en 320 pixels sur smartphone) ; en fait si vous avez un site moche ça peut faire un peu bizarre une boutique clean, mais vu que vous pouvez agir sur les couleurs et les polices, il doit être possible d’obtenir un résultat laid.

La contextualisation des encarts produits

Un nouveauté, la contextualisation. En effet, c’est la force de Google AdSense ou encore de certains widgets Amazon, la contextualisation des annonces en fonction de l’analyse du contenu textuel de vos pages – et nous ne parlons même pas du ciblage AdSense qui ne fait pas partie des fonctionnalités. Maîtriser le type de produits à afficher – via le choix d’un mot clé – était et est encore jusqu’à présent une contrainte avec VShop, positive ou négative puisqu’il faut choisir quel type de produits afficher mais que vous pouvez le faire manuellement et aux petits oignons.

Avec la nouvelle version de VShop, vous avez la possibilité de créer des formats pub contextualisé, sans renseigner de mot clé. je n’utilise personnellement pas encore ce type de fonctionnalité, il faut voir maintenant si la pertinence et le CTR (taux de clic) seront au rendez-vous. En effet soyons objectifs, l’algorithme de VShop sort parfois des âneries, voir n’importe quoi, voir des produits n’ayant rien à voir lorsque la zone de l’inventaire qui vous intéresse est vide (je l’ai vu récemment avec « voyage »).

De meilleurs statistiques et une vue en temps réel

VShop annonce des rapports statistiques complets en temps réel et une rémunération attractive. Nous attendrons de voir ce que donnent les calculs de CTR et l’aspect temps réel qui n’existait pas dans la V1, avec les chiffres de la veille et un total mensuel seulement, la sélection d’une période étant parfois bugguée. Quant à la rémunération attractive, je dirais qu’il ne faut pas rêver non plus, mais qu’il y avait un gros manque au niveau des outils d’analyse permettant de suivre CPC (bon, fixe et jamais réévalué personnellement), le CTR (nouveauté !), le nombre d’affichages (nouveauté !) et bien-sûr le nombre de clics.

Tout éditeur AdSense sachant qui doit compter pour augmenter ses revenus, sur l’optimisation du volume (trafic et référencement), du CTR (optimisation des publicités et ergonomie) et du CPC (thématique concurrentielle, pour résumer), je pense que l’avenir de VShop, version 2 ou 3, se situe pour partie du côté de l’aide qu’il apportera à ses éditeurs pour optimiser leurs revenus.

Et comme VShop a aussi un programme de parrainage, je ne vais pas me gêner pour vous mettre un lien – d’ailleurs j’en ai collé un peu partout -, allez-y, testez et gagnez beaucoup de sous s’il vous plaît (allez quoi, on va pas vous les retirer !) :

Voir le site : VShop, régie d’affiliation au CPC en marque blanche

Cet article est largement ouvert aux commentaires, à la critique et aux avis opposés, il est subjectif comme j’en fais rarement. L’équipe VShop est accessible et son fondateur Fabien Marino, que je ne connais pas et qui ne m’a pas payé pour faire ce petit article – dont l’unique but est de ramasser des caisses de filleuls – est d’un abord agréable.

Commentaires

  1. Le Mac a écrit :

    Bonsoir à vous, elle m’a l’air intéressante cette régie. Mais j’aimerais vous poser deux-trois questions: Si vous générez des milliers de pages vues, avec pas mal de clics, mais qu’au finish les visiteurs n’achètent rien, cela ne pose t-il pas un problème? Vous êtes tout de même rémunérés? Et aussi à tout hasard est ce qu’on est interdit d’indiquer aux visiteurs qu’il faut cliquer (comme sur Adsense)? Merci d’avances pour vos réponses.

  2. D.VDA a écrit :

    Bonjour,

    Le paiement est bien au CPC. Si le CTR ou le pays d’origine des clics est anormal, ou encore si le taux de transformation des commerçants est de zéro derrière, il me paraît certain que la plateforme va s’en apercevoir. Quant à l’incitation à cliquer, c’est un peu différent d’AdSense car il s’agit d’offres directes ou de mini boutiques que vous pouvez intégrer quasi comme de la marque blanche. Evidemment si vous générez des faux clics (pub masquée, clic par erreur, auto-clic, PTC…)
    Interrogez VShop sur la typologie de vos sites, car Fabien est très accessible.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Les champs requis sont marqués *

*

*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.